UNE SENSATION D’URGENCE POUR KIM SMITH

TORONTO (Tournoi féminin de qualification olympique de la FIBA) – Un des mois les plus importants dans la carrière de la canadienne Kim Smith est arrivé.

Une travailleuse infatigable et vétéran de son équipe nationale, Kim Smith a joué aux championnats mondiaux de la FIBA et ceux le Zone des Amériques de la FIBA.

Il lui reste cependant à accomplir le rêve de sa vie, soit de participer aux Jeux Olympiques.

En 2003, le Canada a subi une défaite de 71-65 aux mains du Brésil en demi-finale du tournoi féminin de qualification panaméricain à Culiacan au Mexique et a dû se contenter de la troisième place.

Seul le gagnant de la médaille d’or, le Brésil, et le champion mondial en titre, Équipe USA, ont représenté les Amériques aux Jeux d’Athènes.

Puis, en 2007 au championnat de la Zone des Amériques de la FIBA à Valdivia au Chili, le Canada a désappointé en terminant au cinquième rang des huit équipes participantes et n’a pu se présenter au tournoi féminin de qualification olympique de la FIBA à Madrid.

« Je croyais que nous irions à Athènes, je croyais que nous irions à Beijing”, dit Kim Smith. « C’est une des plus dévastatrices expériences pour une athlète de rater et ne pas se qualifier; il est vraiment très difficile de décrire la dévastation qui vous pénètre et demeure pour quelques mois. »

Après avoir joué au championnat mondial féminin de la FIBA en République Tchèque et utilisé cette expérience pour remporter la médaille de bronze au championnat de la Zone des Amériques l’an dernier, le Canada a une bonne chance de se rendre aux Jeux de Londres.

L’équipe nationale participera au tournoi féminin de qualification olympique à Ankara, Turquie, du 25 juin au 1er juillet avec l’objectif avoué de remporter une des cinq places disponibles pour les Olympiques.

Le match brise-cœur de l’été dernier

Le Canada a manqué de très peu une participation à la finale du championnat de la Zone des Amériques qui lui aurait permis de faire face au Brésil et un laissez-passer automatique vers Londres.

En effet, l’équipe a subi une défaite agonisante en demi-finale contre l’Argentine.

Avec sept secondes à jouer et un pointage égal de 59-59, le Canada s’apprêtait à lancer le dernier panier en temps réglementaire lorsque Marina Cava a réussi le jeu de plus important de l’histoire du basketball féminin de l’Argentine.

Marina Cava a fait sauter le ballon des mains de Shona Thorburn, a dribblé la longueur du plancher et réussi un lancer en foulée qui donnait l’avance à l’Argentine.

Dès la remise en jeu, les Canadiennes ont remis le ballon à Shona Thorburn qui a immédiatement traversé la ligne centrale et tenté un lancer en suspension qui, malheureusement, n’a fait que toucher le cerceau, permettant à l’Argentine de remporter le match.

Kim Smith avait marqué huit points dans ce match puis 13 autres points dans la victoire de la médaille de bronze contre Cuba.

Il n’y aura pas de matchs faciles au tournoi de qualification en Turquie.

Le Canada doit faire face à la France et au Mali dans le Groupe ‘D’ et gagner un des ces matchs pour avancer aux quarts de finale où il aura à faire face soit à la Croatie, la Corée ou le Mozambique.

Une défaite à ce troisième match forcerait le Canada à se battre contre les autres perdants des quarts de finale pour obtenir la cinquième et dernière place pour les Jeux de Londres.

« Je pensais jouer dans quatre Jeux Olympiques », affirme Kim Smith au Toronto Star.

« Lorsque vous commencez à vieillir – nous avons manqué notre chance par deux fois, j’en serai à mon troisième essai – vous vous demandez si votre corps vous permettra de continuer un autre quatre ans. »

« Vous ne le savez pas, ce pourrait être votre dernière chance de jouer aux Olympiques, mais quand vous êtes jeune, vous ne ressentez pas cela. C’est pourquoi je tente de transmettre ce message. »

Le Canada a ajouté de la qualité à son alignement pour cet été.

Les jeunes de 19 ans, Natalie Achonwa et Michelle Plouffe joueront à Ankara.

Natalie Achonwa a fait ses débuts avec l’équipe senior lors du championnat mondial féminin de la FIBA en 2010, mais a dû s’absenter du championnat de la Zone des Amériques en 2011 parce qu’elle devait suivre des cours à l’Université Notre-Dame.

Michelle Plouffe, un centre de 1,91 mètre qui joue avec les Utes de l’Université de l’Utah aux États-Unis, a conservé une moyenne de 15,2 points et 6,2 rebonds au championnat mondial féminin U19 de la FIBA l’an dernier au Chili où le Canada avait terminé en cinquième place.