AYIM AFFIRME QUE LE CANADA EST DANS LA BONNE DIRECTION

Article tiré de FIBA.com

 

À la suite du championnat mondial féminin de la FIBA en Turquie, n'importe qui pourrait argumenter que livre pour livre et pouce pour pouce, Miranda Ayim du Canada était l'une des meilleures joueuses du tournoi.

La svelte avant de puissance de 1,88 m avait à s'opposer quotidiennement à l'intérieur à des joueuses beaucoup plus grandes, mais souvent, elle s'en sortait victorieuse.

Elle a été très bonne, particulièrement au cours des trois derniers jours de la compétition à Istanbul en affichant des moyennes de 12,7 points, 7 rebonds, 1,3 vol et 1 bloc par match.

Miranda Ayim a été intelligente, astucieuse et tenace pour mener le Canada à la cinquième place du classement.

Elle a poursuivi ce type de jeu avec son équipe de Toulouse en ce début de saison de la ligue française en maintenant une moyenne de 15 points au cours des trois premiers matchs.

Très souvent, les équipes qui manquent de peu le podium à un championnat mondial ne reçoivent pas les louanges qu'elles méritent.

Le Canada, dirigé par l'entraîneure Lisa Thomaidis, méritent certainement les leurs, particulièrement après avoir rebondi d'une défaite aux mains de l'Australie en quart de finale pour vaincre la France et la Chine et terminer le tournoi sur une note positive.

<< À la suite de notre défaite contre l'Australie qui nous a relégué au groupe des 5e à le 8e place, nous n'avions aucunement l'intention de simplement faire acte de présence pour le reste de nos matchs >>, dit Miranda Ayim à FIBA.com. << Nous voulions gagner le reste de nos matchs et faire de notre mieux. Nous sommes vraiment heureuses du progrès accompli et que nous voulons poursuivre. >>

Les Canadiennes ont prouvé quelque chose lors du championnat mondial.

Une équipe qui a faim et concentrée, qui joue intelligemment et se cramponne sur sa défensive durant 40 minutes gagnera des matchs de basketball.

La concentration et l'effort défensif ont fait la différence lors des deux dernières victoires.

Au cours de sa victoire de 61-53 contre l'équipe chinoise qui s'améliore, le Canada a harcelé les géantes Asiatiques du début à la fin.

Membre de l'équipe olympique du Canada en 2012, elle a réussi trois des 14 vols de son équipe.

<< Le Canada s'est toujours affiché fier de sa défensive ainsi que la passion que nous amenons dans le match >>, explique-t-elle. << Je pense que vous pouvez le voir, de sorte que ces vols sont le résultat des qualités athlétiques que nous apportons au programme en compagnie de la passion et l'intensité défensive. >>

Le Canada était désavantagé quant à la taille de certaines de leurs adversaires, mais il a réussi en en faire un avantage.

Miranda Ayim fait remarquer : << Nous avons des joueuses de grande taille, mais je crois que notre vitesse nous donne un avantage. Si une équipe est plus imposante que nous, nous avons l'avantage d'être plus rapides de sorte que je ne vois pas comment ceci est un réel désavantage. >>

Le Canada bouge également beaucoup en offensive. L'athlète de 28 ans explique : << Nous possédons de hauts niveaux de cardio sur lesquels nous travaillons fort entre deux saisons, de sorte qu'un de nos objectifs est de forcer nos adversaires à jouer en défensive plus longtemps. >>

Miranda Ayim et ses coéquipières canadiennes sont de retour avec leurs équipes respectives et, de ce fait, auront à attendre un certain temps avant de revêtir de nouveau le chandail de l'équipe nationale.

Cependant, l'équipe nationale sera bien présente dans leur esprit.

L'été prochain sera des plus importants pour le basketball féminin canadien.

<< Nous nous sentons très bien à la suite de cette cinquième place aux championnats mondiaux. Nous sommes vraiment excitées de la façon que le programme progresse. >>