CANADIAN HOOPS PROSPECT ANDREW WIGGINS ON FAST TRACK TO NBA | Canada Basketball

L’ESPOIR CANADIEN ANDREW WIGGINS SUR LA VOIE RAPIDE VERS LA NBA

 

(Photo: ANDREW FRANCIS WALLACE/TORONTO STAR)

Alors que les membres de l’équipe nationale masculine junior s’échauffaient en vue d’un match hors-concours intra équipe cette semaine, la ligne de lanceurs s’est transformée en une procession de lancers truqués. 

Nous étions en présence de 17 des meilleurs basketteurs canadiens âgés de 18 ans ou moins – tous énergiques, grands et minces et avec des jambes qui semblaient être des ressorts. Ils ont lancé une succession <d’alley-hoops> et de lancers enfoncés du revers. Les jeunes présents dans une foule modeste criaient leur approbation. 

Mais pendant que les coéquipiers haussaient la note, Andrew Wiggins gardait son calme. Au travers les spectaculaires lancers enfoncés, Andrew Wiggins persistait à réussir des lancers en suspension avec pas arrière. Si vous étiez venus au gymnase du Collège Humber sans connaître le talent électrisant contenu dans l’ossature de 6 pieds et 7 pouces d’Andrew Wiggins, cet échauffement prématch ne vous aurait pas permis de le démarquer des autres. 

Heureusement, vous avez fait votre recherche sur YouTube. Andrew Wiggins, un jeune de 17 ans natif de Vaughan et à la voix posée, qui étudie au secondaire en Virginie de l’Ouest est très doué aux lancers enfoncés en plus d’être le joueur de niveau secondaire le mieux classé en Amérique du Nord pour la cuvée de 2014. En d’autres mots, il est probablement le meilleur basketteur de 17 ans produit au Canada, sans oublier qu’il est l’objet de la frénésie des recruteurs universitaires, ce qui est le lot des meilleurs adolescents talentueux au monde. Tous les prétendants à la ‘Folie de mars’, il n’existe probablement pas un seul entraîneur de division 1 dans la NCAA qui ne le soit pas, jouiraient le voir au sein de son équipe. Tenant compte de la récente tendance dans la NBA quant aux joueurs aux talents similaires, il y a fort à parier qu’Andrew Wiggins sera un favori de la première ronde de repêchage lorsqu’il aura complété l’année universitaire exigée par la ligue.

 

Pour lire l’article complet de Dave Feschuk du Toronto Star, cliquez ici.