RENCONTREZ...MIRANDA AYIM

Cette série vous permet de connaître les hommes et femmes de nos équipes nationales. Cette rencontre implique Miranda Ayim, natif de London, ON- qui joue professionellement pour la Metropole de Toulouse en France.

 

CB - Tu as joué au sein d'Équipe Canada durant huit ans. Qu'est-ce que cela représente pour toi de jouer pour ton pays?

MA - Rien ne vaut l'honneur de jouer pour son pays. Vous ressentez une certaine fierté lorsque vous représentez votre nation à divers événements sportifs dans différents pays. C'est inspirant d'être en compagnie qui pensent de la même façon et qui donnent le meilleur d'eux-mêmes pour rendre l'équipe la meilleure possible.

 

CB - L'année 2013 a été fantastique pour l'équipe nationale féminine senior qui s'est terminée par une médaille d'argent au championnat de la Zone des Amériques et une participation au championnat mondial de la FIBA. Quel est ton meilleur souvenir de cet été? Quel match ou moment t'a le plus marqué?

MA - Nous avons connu un excellent été avec cette médaille d'argent au championnat de la Zone des Amériques. Ce fut vraiment plaisant de remporter immédiatement au Mondial et ne pas avoir attendre à la dernière minute comme ce fut le cas pour les Olympiques! Le meilleur moment de l'été a été la victoire en demi-finale qui nous donnait accès au Mondial. C'était le match le plus important, nous avons réussi et atteint notre objectif. Peu de sentiments s'en approchent!

 

CB - Lorsque tu joues en Europe, qu'est-ce qui te manque le plus du Canada?

MA - C'est une question facile: Tim Hortons! (Évidemment après ma famille et mes amis! Et mon lit!)

 

CB - Toi et ta coéquipière de l'ÉNFS, Shona Thorburn, jouez avec la même équipe professionnelle en France. Qui y a-t-il de spécial que vous puissiez jouer toutes les deux au sein de la même équipe professionnelle?

MA - C'est excellent de jouer avec Shona. Quelques fois, il est difficile d'apprendre les styles de jeu d'un ensemble de nouvelles coéquipières, particulièrement avec une nouvelle meneuse de jeu qui est le leader sur la plancher. Le fait d'être avec Shona a grandement facilité la transition puisque nous nous connaissions déjà. Nous avons une bonne chimie sur le plancher et c'est plaisant de jouer avec elle.

 

CB - Autre que le basketball, qu'est-ce tu aimerais faire le plus cette année? (Autres loisirs, activités et intérêts?)

MA - J'espère avoir un peu de vacances! La plupart d'entre nous jouent au basketball à l'année longue (outremer en hiver et pour le Canada en été), ainsi je planifie trouver du temps pour relaxer à un endroit ensoleillé.

 

CB - Est-ce que tu as des rituels d'avant-match?

MA - Ma préparation d'avant-match n'est pas aussi rigide que certaines joueuses, mais j'attache mes souliers de façon particulière. Je n'aime pas avoir des lacets enroulés. Je m'assure qu'ils soient tous placés à plat. Par la suite, je prends un morceau de gomme à mâcher parce que je ne peux jouer sans mâcher de la gomme.

 

CB - Quels conseils donnerais-tu aux jeunes Canadiens qui veulent progresser au basketball et devenir une joueuse élite comme toi?

MA - Pratiquez avec efforts et poussez-vous. Ne vous inquiétez pas des erreurs. Vous apprendrez de chaque erreur. Essayez de nouveaux mouvements. Chaque joueur possède son propre ensemble d'habiletés à offrir. Ce sport est surtout mental. Ainsi, il vous faut surveiller vos pensées de façon à entendre des pensées positives et entourez-vous de personnes qui vous appuient et qui possèdent les connaissances requises.