FAITES CONNAISSANCE AVEC NOS OLYMPIENNES – KIM SMITH

 

La fête du Canada 2012 demeurera une date spéciale pour nous à Canada Basketball: cette journée-là, l’équipe nationale féminine senior a gagné sa place aux Jeux Olympiques de Londres. Cette série de questions / réponses avec les joueuses de l’équipe nationale vous aidera à mieux connaître ces femmes inspirantes qui font partie de cette équipe qui représentera fièrement le Canada à Londres. 

Résidence : Mission, C.B.

École secondaire : Heritage Park Secondary School

Université: Utah

Équipe professionnelle : Bendigo Spirit (Australie)

Nombre d’années avec Canada Basketball : 10

Nombres de matchs avec Canada Basketball : 124

 

 

 

 

Canada Basketball – Quel est ton meilleur souvenir olympique?

Kim Smith – Les derniers Jeux Olympiques à Vancouver. L’événement se tenait dans ma province et j’ai pu retourner chez moi et les visionner durant une semaine. J’ai marché dans la ville, assisté à quelques événements et apprécié le tout. L’esprit au pays étant fantastique! Je n’avais jamais vu autant de drapeaux canadiens dans toute ma vie. Ce n’était pas difficile d’avoir de beaux rêves pour Londres.

CB – Quelle équipe avez-vous le plus hâte de rencontrer à Londres?

KS – Je pense que c’est la Russie parce que ce sera notre premier match. Je n’ai pas de préférence quant aux adversaires, je veux simplement commencer les Jeux!

CB – Que pensez-vous être le plus grand défi pour vous et l’équipe lors de ces Jeux?

KS – Je serai intéressée de voir comment nous réagirons sur la scène mondiale. Nous avons déjà joué lors de grands événements tels que les championnats mondiaux, les Jeux Panaméricains, etc., mais nous n’avons jamais connu les distractions qui viennent avec les Jeux Olympiques. Au cours de la dernière semaine, j’ai reçu plus de demandes des médias, des demandes d’amis sur Facebook et de demandes de billets que je n’ai jamais reçues au cours des 10 dernières années au sein de l’équipe nationale.

CB – Avez-vous des rituels d’avant-match? Quels sont-ils?

KS – Je prends toujours une douche avant de quitter pour le match. Si je me sens fatiguée, je prends une douche froide pour me réveiller. Autre que cela, je ne suis pas très superstitieuse et les échauffements m’agacent, je veux simplement commencer à jouer le match. 

CB – Quelle est la ou les coéquipières pour lesquelles tu es la plus contente de voir fouler le plancher olympique? Pourquoi? 

KS - Shona Thorburn. Shona et moi nous sommes faites tatouer un logo de Canada Basketball à l’université juste avant les Jeux d’Athènes en 2004. Nous étions vraiment confiantes de nous y rendre, mais cela n’est pas arrivé. Les huit dernières années ont été longues. Je suis aussi contente de voir Chelsea Aubry jouer à Londres. Ensemble, nous sommes dans le programme depuis une décennie. Cela fait du bien de voir de bonnes choses arriver à de bonnes personnes.

CB – Quel conseil donneriez-vous aux jeunes athlètes qui visent un rêve olympique?

KS – Ne lâchez jamais! Les rêves olympiques ne sont pas faciles à réaliser. J’ai eu de nombreux échecs, de nombreuses déceptions, sans compter les multiples blessures. Sachez que vous aurez à travailler très fort et à faire beaucoup de sacrifices. À la fin, que vous vous rendiez aux Olympiques ou non, vous voudrez être capable de dire que vous avez tout donné, que vous n’avez aucun regret.

CB – Dites-nous quelque chose de spécial qui vous concerne et que nous ne saurions peut-être pas.

KS – Lorsque j’étais enfant, de voulais devenir une dresseuse de baleines. C’est un voyage à l’aquarium de Vancouver à l’âge de 6 ans qui m’a donné cette idée. Heureusement que je ne n’ai pas poursuivi ce rêve comme je l’ai fait pour le basketball. Je ne peux envisager quelque chose de plus excitant que ceci.