FAITES CONNAISSANCE AVEC NOS OLYMPIENNES – SHONA THORBURN

La fête du Canada 2012 demeurera une date spéciale pour nous à Canada Basketball: cette journée-là, l’équipe nationale féminine senior a gagné sa place aux Jeux Olympiques de Londres. Cette série de questions / réponses avec les joueuses de l’équipe nationale vous aidera à mieux connaître ces femmes inspirantes qui font partie de cette équipe qui représentera fièrement le Canada à Londres.

 

Résidence : Hamilton, ON

École secondaire : Westdale Secondary School

Université: Utah

Équipe professionnelle : Girona (Espagne)

Nombre d’années avec Canada Basketball : 6

Nombres de matchs avec Canada Basketball : 74

 
 
 
 
Canada Basketball – Quel est ton meilleur souvenir olympique?

Shona Thorburn – Pendant mon adolescence, je me souviens d’avoir regardé les Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996 et suivi l’équipe féminine de basketball; Bev Smith, Dianne Norman et toutes les autres filles. Je me souviens que lorsque les Jeux de Sydney de 2000 approchaient à grands pas, j’ai pu assister à quelques entraînements à Toronto avant le départ de l’équipe. C’était toute une inspiration de voir ces femmes travailler si fort, de les connaître un peu plus et de les voir jouer aux Olympiques. Une année ou deux plus tard, j’ai eu l’occasion de jouer avec la plupart d’entre elles au sein de l’équipe senior et j’étais quelque peu embarrassée parce qu’elles étaient mes idoles. Ha! Ha!

CB – Quelle équipe avez-vous le plus hâte de rencontrer à Londres?

ST – Aucune équipe en particulier. Ce sera amusant de joueur contre la Grande-Bretagne parce que je suis certaine qu’il y aura une grande foule partisane et le fait de joueur devant une grande foule est toujours motivant, même si elle encourage l’autre équipe.


CB – Que pensez-vous être le plus grand défi pour vous et l’équipe lors de ces Jeux?

ST – Autre que Teresa, nous n’avons aucune expérience olympique. Les autres équipes à qui nous ferons face ont beaucoup de joueuses expérimentées. À l’occasion, la nervosité pourrait nous avoir le dessus. Ceci étant dit, nous sommes loin d’être les favorites, nous avons moins de pression et cela pourrait nous aider à contrôler la nervosité.

CB – Avez-vous des rituels d’avant-match? Quels sont-ils?

ST – Je ne suis pas tellement superstitieuse. Durant l’avant-match, je porte un bandeau d’apprêt de bandage que j’aime aussi à porter au début du match en même temps que je porte un morceau de gomme à mâcher à la bouche juste avant le match. C’est toujours la même marque : Dentyne Ice Intense. Je m’assure de toujours en avoir une grande quantité lors des voyages. 

CB – Quelle est la ou les coéquipières pour lesquelles tu es la plus contente de voir fouler le plancher olympique? Pourquoi? 

ST – Il m’est difficile de n’en choisir qu’une parce que chacune de mes coéquipières a fait tellement de sacrifices pour en arriver là aujourd’hui. Ceci étant dit, j’ai joué avec Kim Smith pendant 11 ans, soit avec l’équipe nationale junior, à l’université, au professionnel en Espagne et maintenant avec cette équipe senior qui s’en va aux Jeux Olympiques. Adolescentes, nous rêvions toute les deux de jouer aux Olympiques ensemble et, finalement, ce rêve se réalise.

CB – Quel conseil donneriez-vous aux jeunes athlètes qui visent un rêve olympique?

ST – Si je l’ai réussi, c’est que les rêves peuvent se réaliser. Soyez prêts à travailler plus fort que vous ne l’avez jamais fait, acceptez de faire des sacrifices de sorte que lorsque vous regarderez derrière vous, vous constaterez que tout cela en valait la peine. J’encourage tout le monde à poursuivre leur rêve parce que vous ne savez jamais ce qui peut arriver. 

CB – Dites-nous quelque chose de spécial qui vous concerne et que nous ne saurions peut-être pas.

ST – J’ai toujours voulu être membre de la GRC! Qui sait, peut-être lorsque ma carrière en basketball sera terminée?