LISA THOMAIDIS: POINT DE VUE DE L’ENTRAINEUR 2

La décision de poser sa candidature au poste d’entraîneure-chef de l’équipe nationale féminine senior n’a pas été prise instantanément par Lisa Thomaidis.

L’adjointe de longue date voulait s’assurer qu’elle était la bonne personne pour poursuivre les succès du programme féminin. En raison de son investissement passé dans le programme, Lisa Thomaidis voulait ce qui était le mieux pour l’équipe et pour elle, cela signifiait d’assumer le rôle de leader.

« Cette équipe doit être menée au prochain niveau, ce n’est pas un secret pour personne, et je voulais m’assurer que je pouvais y mettre le temps requis pour y parvenir », dit Lisa Thomaidis. « Il m’a fallu un certain temps pour le réaliser et lorsque j’ai finalement décidé que cela me passionnait vraiment, j’ai pour ainsi dire sauté à pieds joints. »

En même temps honorée, excitée et submergée par le défi, Lisa Thomaidis ajoute : « Évidemment c’est un gros travail. Il y a beaucoup d’attentes et de gros souliers à chausser, j’ai donc vraiment hâte de débuter le travail. »

Les gros souliers appartiennent à Allison McNeill, l’entraîneure qui avait passé les 16 années précédentes à entraîner dans le système de Canada Basketball dont les 11 dernières à la tête de l’équipe féminine senior et, récemment, avait mené Équipe Canada aux Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Lorsqu’Allison McNeill a annoncé sa retraite en décembre, Lisa Thomaidis a commencé à penser à la façon qu’elle dirigerait l’équipe avec toutes ses expériences du passé, les leçons apprises de ses mentors et la croissance qu’elle constatait à tous les niveaux de développement de Canada Basketball.

« Allison McNeill est très, très passionnée et apporte beaucoup d’énergie » ajoute Lisa Thomaidis. « Je suis plutôt introvertie et probablement pas aussi fougueuse. Non pas que je ne sois pas passionnée, mais ma façon de communiquer est plus discrète.”

Lisa Thomaidis cite le progrès des niveaux cadet, junior et développement qui a créé un torrent de talents qui se joignent au programme senior. Des athlètes telles que Michelle Plouffe, Nirra Fields, Kayla Alexander et Natalie Achonwa ont grandi au sein du système canadien de basketball et sont prêtes à établir les fondations d’équipes solides pour beaucoup d’années à venir.

« Il fait bon de voir ces athlètes performer comme nous l’avions identifié dans le passé », ajoute Lisa Thomaidis. « Elles ne sont pas que des apparitions, ce sont elles que nous avions identifiées depuis des années et nous sommes très contentes de constater leur progression. »

« Je crois qu’au cours des cinq à sept dernières années, il y a eu une approche beaucoup plus systématique au développement de nos joueuses cadettes et juniors. Je crois que cela rapporte de gros dividendes parce que le programme a vraiment rassemblé les meilleures joueuses au pays, nous leur avons offert un programme d’entraînement intensif tout au long de l’année de sorte qu’elles pouvaient rivaliser contre les meilleures avec de très bons entraîneurs et nous avons constaté les bénéfices de tout cela. »

Lisa Thomaidis croit devoir garder un œil sur le développement des jeunes joueuses de sorte que, dans cinq à sept ans, ces joueuses qui auront reçu l’appui nécessaire seront dans une position de réussir.

À titre d’entraîneure-chef au SIC à l’Université de la Saskatchewan ainsi qu’au sein des programmes des équipes nationales, Lisa Thomaidis apport tout un bagage d’expérience à ce poste et croit que cela reflètera sa propre façon d’entraîner, sa vision pour l’équipe et ne changera pas sa philosophie.

« Je crois que lorsque vous êtes entraîneur, vous avez un certain style d’entraîneur », ajout Lisa Thomaidis. « Quelque soit le niveau que vous entraînez, ce style se reflètera quelle que soit l’équipe; je ne vois donc pas changer beaucoup dans ma façon d’opérer, de communiquer ou de motiver. Je crois que je ne fais qu’entraîner à un niveau supérieur avec des meilleures athlètes et une compétition plus forte, mais mon style demeurera le même. »